L'ÉDUCATION
Un système d’éducation publique a été institué à Saint-Vincent en 1849. Aujourd’hui, le gouvernement finance toutes les écoles publiques, en totalité pour les écoles sans affiliation religieuse, et partiellement pour celles qui sont affiliées à des églises. Toutes les écoles appliquent des programmes communs définis par le gouvernement.

L’éducation primaire et secondaire est gratuite dans ce pays mais non obligatoire. La scolarité publique dure sept années. Les parents doivent acheter les uniformes de leurs enfants, les tickets d’autobus et les livres. Il y a souvent pénurie de manuels et d’équipement de sport. Certaines écoles sont surchargées, plusieurs classes se partageant une grande salle. Environ 25 % des enfants ne terminent pas leur éducation élémentaire, parce qu’ils doivent travailler pour aider leur famille. De la même façon, bien que les écoles fonctionnent toute la journée, les enfants qu’on envoie déjeuner chez eux, souvent, ne reviennent pas à l’école, parce qu’ils ont des corvées à faire.

L’éducation fut longtemps influencée par le système britannique. Les manuels et les leçons présentaient l’histoire et la culture d’un point de vue européen. Les examens normalisés étaient définis et notés en Angleterre. La langue anglaise était utilisée exclusivement dans les écoles, ce qui créait une autre barrière pour les étudiants qui étaient plus à l’aise lorsqu’ils parlaient le Créole vincentais Les programmes mettaient également l’accent sur des disciplines académiques plutôt que sur des habiletés professionnelles pratiques.

Des réformes éducatives ont été récemment introduites. On accepte maintenant le Créole dans des pièces de théâtre à l’école et dans les discours publics, et les étudiants étudient l’histoire et la littérature des Caraïbes. Les programmes offrent également des cours pratiques, comme de la formation en menuiserie et en agriculture.

  Le saviez-vous?
Parmi les étudiants saint-vincentais qui fréquentent l’université ou le collège, les jeunes filles sont presque trois fois plus nombreuses que les jeunes gens.
Les écoles secondaires offrent un programme de cinq ans, suivi par un programme plus avancé de deux ans. Moins de la moitié des enfants du pays fréquentent l’école secondaire, ce qui est une question extrêmement préoccupante, étant donné le fort taux de chômage chez les jeunes. Saint-Vincent compte également un certain nombre d’écoles privées où la scolarité est payante. Les écoles d’état pour enfants ayant des besoins particuliers se consacrent aux élèves ayant des difficultés d’apprentissage.

Après l’école secondaire, les étudiants peuvent fréquenter un collège technique, une école d’infirmière ou une école normale d’instituteurs, affiliée à l’Université des Antilles. La formation professionnelle est également offerte par le Département des Travaux Publics et, pour les formations agricoles, par le Ministère de l’Agriculture. Le Ministère de l’Éducation propose également des cours pour adultes. La majorité des étudiants qui veulent poursuivre des études universitaires et qui peuvent se le permettre vont étudier à l’étranger, habituellement dans l’un des campus de l’Université des Antilles, ou aux États-Unis, au Canada, à Cuba ou en Grande-Bretagne. Les universités cubaines offrent des bourses aux étudiants saint-vincentais.