LA  FAMILLE
La plupart des Sri Lankais appartiennent à une caste, sorte de classe sociale de type héréditaire, qui, auparavant, déterminait l’occupation et la partie de la société dans laquelle on pouvait choisir son conjoint. Aujourd’hui, le système des castes n’influence plus guère la vie des gens, sauf pour le mariage.

Les liens de parenté sont très forts au Sri Lanka et les membres d’une famille étendue partagent souvent un même groupe d’habitations. Les personnes âgées vivent chez leurs enfants et sont très respectées par toute la famille. L’obéissance aux parents, l’importance de la loyauté envers la famille et la modestie sont des valeurs inculquées dès l’enfance. Le mari est considéré comme le chef de famille, et les premiers devoirs de la femme sont ceux de mère et d’épouse (même si beaucoup de femmes travaillent et gagnent leur vie). Les femmes sont également responsables des finances et ont souvent le dernier mot quant aux mariages de leurs enfants.

Les filles ont généralement moins de loisirs que les garçons. Elles passent beaucoup de temps à apprendre à tenir une maison, alors que les garçons ont plus de liberté pour explorer leur environnement et jouer avec leurs amis. Une cérémonie marque habituellement les premières menstruations d’une jeune fille : la respectabilité de la jeune fille dépendra ensuite de sa modestie.

Au Sri Lanka, le mariage, habituellement arrangé par les parents, est considéré comme l’événement le plus important de la vie. Les parents trouvent les conjoints potentiels par le biais de leur réseau d’amis et de parents, par des entremetteurs, ou en mettant des annonces dans les journaux. Les futures épouses apportent avec elles une dot, qui peut prendre la forme d’un terrain, d’une maison, d’une somme d’argent ou d’autres biens. Le choix se fait en fonction de la dot de la femme, des biens de l’homme, du statut religieux et social des candidats, ou encore de la compatibilité des signes du zodiaque du couple. Les futurs mariés ne sont toutefois pas obligés d’accepter le choix des parents.

Les naissances doivent se fêter dans la joie, tout comme les autres étapes importantes de la vie de l’enfant, telle que la première consommation de nourriture solide ou l’apprentissage de l’alphabet. Les filles sont aussi bien accueillies que les garçons.

Les citadins sont nombreux à vivre dans des immeubles. Dans les campagnes, cependant, on trouve encore beaucoup de maisons aux murs de torchis et au toit de chaume. Si en ville, les hommes sont vêtus à l’occidentale, à la campagne ils portent généralement un long pagne appelé sarong. Les femmes portent soit une jupe, ou redde, soit le sari indien.


  Le saviez-vous ?
Durant un mariage bouddhiste, les mariés se tiennent sur une estrade carrée, ou poruwa. Après l’échange des alliances, ils se donnent l’un l’autre du kiri bath (riz au lait) à manger. Quand ils descendent de l’estrade, on casse une noix de coco pour leur souhaiter bonheur et prospérité.