ARTS ET LITTÉRATURE
Si la Somalie possède une longue tradition musicale, les Somalis sont surtout connus comme un peuple de poètes. La poésie est en effet présente dans toutes les sphères de la vie. Très métaphorique et faisant une large part à l’allitération, la versification somalie sert à conserver l’histoire, mais aussi à communiquer dans la vie courante et à commenter sur l’actualité. Les clans l’utilisent dans les réunions de réconciliation ; le gouvernement emploie des poètes pour glorifier ses réalisations, et l’opposition, pour critiquer le gouvernement. 

De nombreux Somaliens peuvent déclamer des poèmes très anciens. Les joutes poétiques ont en effet toujours fait partie de la culture somalie. Autrefois, les hommes et les femmes avaient des traditions poétiques distinctes ; seuls les hommes pouvaient recueillir prestige et pouvoir politique par leurs talents poétiques. Les femmes commencent néanmoins à affronter les hommes dans des joutes communes. L’un des plus grands poètes de la Somalie est Mohammed Abdille Hasan, qui était aussi un guerrier et une figure politique.

Plusieurs auteurs somaliens contemporains ont écrit en anglais, en français ou en italien. Nurudin Farah est un romancier de langue anglaise très réputé qui a combiné mythes et faits de vie quotidienne dans ses œuvres. Le poète et dramaturge Mohamed Warsame Ibrahim a été emprisonné sous le régime de Barre pour avoir critiqué le gouvernement dans ses écrits.

La musique somalie est un mélange d’influences africaines et arabes. Parmi les instruments traditionnels, mentionnons le shareero (une sorte de lyre), le kaban (un luth à clavier d’origine yéménite), le buun et le simbaar (deux sortes de trompettes). La danse, quoique très importante dans la culture somali, est surtout réservée aux cérémonies et à la cour amoureuse. L’une des chanteuses somaliennes les plus connues est Maryam Mursal, dont le premier disque, Waaberi, rassemble des chants traditionnels accompagnés à l’oud (luth arabe) et aux percussions.

Sculpture sur bois et tissus font partie des productions artisanales de la Somalie. On fabrique aussi des paniers dans la région de Benadir. Le cuir est utilisé pour faire des sacs, des contenants pour la nourriture et des étuis à poignards. La peinture des pieds et des mains avec du henné ou du khidaab est une forme d’art pratiqué par les femmes ; les dessins, très complexes, couvrent entièrement les mains et les pieds. 
 

  Le saviez-vous?
L’écrivain Nurudin Farah, lauréat du prix Neustadt en 1998, est le premier Africain à avoir reçu ce prix, doté d’un prestige à peine moins grand que celui du prix Nobel de littérature