ARTS ET LITTERATURE
Les Myanmars adorent les pwes (spectacles), quelle que soit l’occasion : fêtes religieuses, mariages, etc. Les pwes varient de la comédie burlesque aux pièces religieuses. Joués sur une scène mobile, ils durent parfois toute la nuit, au son des tambours, des gongs et des cymbales. Le zat pwe est une pièce religieuse, le anyei pwe, une comédie, le yein pwe, un spectacle de chants et de danses, et le yok thei pwe, un spectacle de marionnettes. Le nat pwe honore les nats, ou esprits, et n’a lieu que pendant les fêtes nats.

Les fêtes nats ont leurs propres danses, pendant lesquelles les danseurs invitent les nats à prendre possession de leur corps. Les danses classiques, souvent exécutées par des femmes, reposent sur des mouvements précis et des gestes stylisés. Ces danses représentent parfois des histoires de la vie du Bouddha. Plusieurs instruments sont propres à la musique myanmar, tels le saung kauk, harpe à treize cordes en forme de bateau, le hne, instrument à vent, et le kyay naung, jeu de gongs en laiton. Dans les campagnes, les chants aident à contrer la monotonie du pilage du riz ou du tissage.

L’artisanat traditionnel est très développé au Myanmar. On y fait de beaux laques, principalement à Pagan et à Pyay. Mandalay est reconnue pour son travail des métaux. La sculpture sur bois et les tissus brodés sont aussi renommés, de même que le tissage ; le cheik est un tissage de soie orné de motifs onduleux ou torsadés.

Le Myanmar est célèbre pour ses pagodes et ses temples magnifiques. Il existe deux principaux types de bâtiments religieux : d’une part les zedis, qui abritent une relique sainte—un fragment du corps du Bouddha ou quelque chose qu’il a touché ou utilisé—et qui, en général, sont en forme de cloche ; d’autre part les pahtos, qui sont carrés et servent à la méditation. Zedis et pahtos sont décorés de sculptures ouvragées, de pierres et de métaux précieux, ou de peintures. La plupart abritent des statues du Bouddha en bois, en pierre ou en bronze.

La pagode Shwedagon à Yangon, qualifiée de « merveille éblouissante » par l’écrivain anglais Rudyard Kipling, a un dôme haut de 98 mètres. Couverte de 87 plaques d’or, 5445 diamants, 2325 rubis, saphirs et topazes, elle est couronnée d’une grosse émeraude et a 1500 cloches d’or et d’argent. La petite pagode Kyaik-tyo, au sud-est du pays, est construite au bord d’une falaise sur un gros rocher recouvert d’une couche d’or. Haute de 7 mètres, elle contient les cheveux du Bouddha. Perchée en position précaire sur le rocher, on a l’impression qu’elle est sur le point de s’abîmer dans la vallée.
 
 
  Le saviez-vous?
La plus grosse cloche au monde sonne toujours à Sagaing près de Mandalay. Elle a 200 ans et pèse 90 tonnes.