ARTS  ET  LITTÉRATURE

Chaque région d’Éthiopie a une tradition musicale et artistique distincte et des formes d’artisanat qui lui sont propres, que ce soit pour la vannerie, la fabrication de tapis, le travail du cuir, la sculpture du bois ou la joaillerie.

Parmi les instruments de musique traditionnels, mentionnons le krar, une lyre à six cordes, et le massinko, instrument à une corde dont on joue avec un archet. La musique liturgique, ou aquaquam, se joue avec un tambour et un tsinatseil (ou sistrum), instrument qui ressemble à une crécelle. La musique moderne intègre des influences diverses. Mulatu Astatke est un compositeur de musique classique et de jazz reconnu. Telahun Gesses et Astere Awoke sont des chanteurs populaires célèbres. Ali Birra chante en oromo, sa langue natale et dans plusieurs autres langues éthiopiennes.

La danse occupe aussi une place importante dans les arts. La forme la plus commune de danse s’appelle iskista : les danseurs bougent leurs épaules en gardant le bas du corps immobile et émettent des « iskita » en respirant de façon saccadée. La danse peut aussi s’accompagner d’un chant traditionnel aigu appelé zefen.

Les peintres éthiopiens ont créé un style de peinture religieuse en panneaux sur lesquels apparaissent également des légendes expliquant les scènes. Ce style a été transposé à des sujets profanes touchant tous les aspects de la vie courante. Parmi les peintres contemporains les plus connus, mentionnons Afewerk Tekle, qui s’est taillé une renommée internationale avec des œuvres comme LaFleur de Meskel.

La littérature orale éthiopienne est très riche et comprend des milliers de proverbes, de contes et de fables. Ces histoires transmettent des leçons de morale, d’histoire et de culture. Abbe Gobegna, qui est considéré comme l’un des meilleurs écrivains d’Éthiopie, traite dans son œuvre de la structure féodale de la société éthiopienne. Le roman d’Addis Alemayehu, Teker Eskmekaber, est considéré comme un chef-d’œuvre.

Les stèles d’Axoum, d’immenses obélisques de pierre sculptées, sont le plus grand trésor architectural d’Éthiopie. Ces stèles, qui étaient placées sur des tombes, devaient permettre à l’âme du défunt de s’élever vers l’au-delà. La stèle la plus haute à être encore debout fait près de 21 mètres. Les églises médiévales de Lalibela, qui sont taillées dans la roche, sont tout aussi spectaculaires. Construites par l’empereur Lalibela, en tant que nouvelle Jérusalem, les onze églises de l’ensemble sont encore utilisées aujourd’hui.


  Le saviez-vous ?

Les artisans éthiopiens font des gobelets et des chausse-pieds avec des cornes de bœuf, dont ils se servent aussi pour faire des lampes, des vases et des peignes.





 Le saviez-vous ?

La musique fait partie intégrante des offices religieux ; même la liturgie est chantée.