LE MONDE DU TRAVAIL
Après l’indépendance, les Érythréens se sont attelés à la reconstruction de leur économie avec la détermination qui les caractérisent. Si le pays a connu une bonne croissance et un taux d’inflation peu élevé, il a néanmoins beaucoup souffert de la deuxième guerre avec l’Éthiopie. Depuis 1999, les revenus de l’Érythrée ont diminué de 50 % et l’inflation est montée en flèche. La trêve signée en décembre 2000 a permis de redonner la priorité au développement économique. La côte de la mer Rouge constituant un emplacement stratégique sur les grandes routes commerciales, le gouvernement a entrepris de revitaliser les ports de Massaoua et d’Assab, et cherche aussi à implanter de nouvelles industries et à développer le tourisme.

Près de 80 % de la population vit de l’agriculture. L’érosion, la faiblesse des précipitations et l’absence de technologies agricoles modernes empêchent cependant l’agriculture de se développer. Peu de familles sont en mesure de produire plus qu’elles n’ont besoin pour se nourrir ; les produits agricoles comptent en fait pour moins de 20 % des revenus du pays. 

Le teff (céréale originaire de la région et proche des millets), le blé, l’orge et le maïs sont les principales cultures des hauts plateaux. Dans les basses terres, on cultive du sorgho, du mil et du maïs, ainsi que des fruits et des légumes. Certains nomades, notamment les Hidaareb et les Afar gardent du bétail pour faire face aux mauvaises années, mais la guerre et les sécheresses ont décimé les troupeaux.

L’une des principales exportations de l’Érythrée est le sel, dont une grande partie est produite dans la région d’Assab. Si ce n’est de quelques pièces de machinerie rudimentaires, la façon d’extraire le sel n’a pas changé depuis des millénaires : des étangs d’eau salée sont aménagés et on laisse l’eau s’évaporer sous l’action du soleil et du vent. Le sel résiduel est alors récolté.

La production industrielle représente environ 20 % des revenus du pays. Assab a une raffinerie de pétrole ; Massaoua produit entre autres du ciment. Le pays exporte notamment textiles et produits alimentaires. 

Dans les villes, les femmes sont de plus en plus présentes dans le commerce et la fonction publique. Dans les régions rurales, cependant, leur rôle demeure d’aider aux champs et de tenir la maison.
 



 
 

  Le saviez-vous ?
En 1997, le gouvernement érythréen a donné à sa nouvelle monnaie le nom de nafka 
pour symboliser la liberté et le courage. La ville de Nafka fut en effet le site d’une importante bataille pendant la guerre.