LA FAMILLE
Les Chiliens ont un sens très aigu de la famille et du foyer. La famille, très unie, englobe habituellement les grands-parents, les oncles, les tantes et les cousins. Les enfants s’occupent des personnes âgées pour lesquelles ils ont beaucoup de respect.

Au Chili, les jeunes vivent généralement à la maison jusqu’à ce qu’ils se marient. Un service militaire de deux ans est obligatoire pour les jeunes hommes de 18 à19 ans. Les jeunes femmes du même âge peuvent aussi se porter volontaires pour deux ans de service. Les fréquentations commencent souvent à l’adolescence et il n’est pas rare que de longues fiançailles précèdent les mariages. Les cérémonies de mariage sont simples et intimes ; on donne généralement une fête à la maison pour la famille et les amis.

Comme dans de nombreuses cultures, au Chili le père est considéré comme le chef de famille. Mais si l’on attache toujours de l’importance aux rôles traditionnels de l’homme et de la femme, ceux-ci ne sont plus strictement respectés.

La plupart des Chiliens habitent dans les zones urbaines; plus de quatre millions de personnes (presqu’un tiers de la population du pays) habitent Santiago. La deuxième grande ville, Concepción, a moins de 350 000 habitants.

Le saviez vous? 

Au Chili, on appelle souvent les amis adultes de la famille tio ou tia (oncle ou tante) en signe de respect et d’affection.

Dans les villes, les Chiliens de la classe supérieure habitent des maisons ou des appartements spacieux et ont souvent des domestiques. À cause des problèmes économiques, la classe moyenne a souvent du mal à maintenir son statut social : son niveau de vie est bien plus modeste que celui de la classe supérieure. Quant aux plus démunis, ils vivent souvent dans des logements de fortune, sans eau ni électricité. Au cours des 30 dernières années, des programmes ont été mis sur pied pour tenter de remédier à la pénurie de logements et pour améliorer les conditions de vie des pauvres. Mais ceux-ci sont encore nombreux à devoir lutter pour survivre.
La population autochtone vit généralement à l’écart du plus gros de la société chilienne. La plus grande communauté aborigène, les Mapuches, a su conserver l’essentiel de son mode de vie traditionnel. Mapuche signifie « peuple du pays » : aussi se sont-ils engagés à préserver leur culture et leur langue ; bon nombre d’entre eux regrettent amèrement la perte de leurs terres. La plupart des Mapuches comptent parmi les plus démunis du pays. Certains d’entre eux habitent toujours dans des rucas, ces maisons traditionnelles aux murs de bois et au toit de chaume.